Accueil >Sections >Informatique Air France

Informatique Air France

CE janvier 2018 : le direction annonce des délocalisations en Inde

lundi 12 février 2018, par SUD Aérien Informatique .


En attendant les très bons résultats 2017 qui seront annoncés sous peu, les augmentations proposées lors des NAO, même si elles signent le retour d’une augmentation générale, sont loin du compte pour nous. De plus, aucun retour à la bonne fortune sur les pertes liées à Transform2015. Copie insuffisante ! Une intersyndicale centrale se réunit, attendez des nouvelles rapidement !

Souffler le chaud ... 110 embauches externes en 2018

 Souffler le froid .... Délocalisation du DEV en Inde : inadmissible !

Depuis quelques semaines, des signaux pouvaient nous mettre la puce à l’oreille : la direction parlait de tension sur le marché de la sous-traitance se traduisant par une raréfaction des professionnels et une augmentation du coût moyen. Il y avait bien anguille sous roche mais nous ne nous attendions pas à ce que la direction vienne nous présenter un projet de délocalisation d’une partie du DEV en Inde, « l’usine informatique du monde ». L’exemple de KLM et de sa coopération avec TCS (Tata consulting system) depuis 15 ans est mis en avant. Fin des tabous, que des avantages : pas besoin de pousser les murs, voire de construire (gros mot !), coût réduit de 10 à 20% et puisque tout le monde le fait, pourquoi pas la DGSI   ?

Peut-être par que le groupe officiellement : « AIR FRANCE KLM s’engage à construire un Groupe socialement responsable y compris à l’échelle internationale ». Peut-être parce que la France connait 10 millions de chômeurs et précaires. Peut-être parce qu’il s’agit des emplois de nos collègues sous-traitants, avec lesquels nous travaillons depuis des années qu’il s’agit de supprimer. Ça n’est pas illégal, mais est-ce l’entreprise dans laquelle nous souhaitons travailler ?

L’Inde connaît une forte croissance sur les métiers de l’informatique ? Tant mieux ! Mais laissons les développer leurs propres SI et restons responsable du notre.

Les arguments mis en avant sur les inconvénients du modèle actuel de sous-traitance sont exactement ce que les syndicats dénoncent depuis toujours : gestion chronophage des contrats, perte de connaissances fonctionnelles et techniques et risque de dépendance. La direction pointe en plus le manque de flexibilité et d’optimisation du coût. C’est bien là tout l’enjeu : une flexibilité maximum pour un coût minimum, le modèle ultra libéral dans tous ses excès.

Le vrai problème de la DGSI   et du DEV en particulier, c’est son sous-effectif chronique et son corollaire, un taux de 70% de sous-traitance, dû à des années de non embauche, de gestion à court terme. S’il est si difficile d’embaucher, comme le clame maintenant la direction, revoyons nos exigences : pourquoi embaucher des ingénieurs, au risque de générer rapidement des frustrations, dans le métier de développeur ? C’est le bac+2 ou la licence qui forme à ce métier. Appuyons nous sur des recrutements internes AF, avec formation à la clé, qui permettent la solidarité intra entreprise. Une autre vision, plus durable, est possible. Et commençons par proposer l’embauche à nos sous-traitants, qui pour certains ont plus de 10 ans d’ancienneté à AF !

La session dans son ensemble a rejeté ce projet néfaste par le vote de la motion suivante :

La session de CE DGSI   condamne avec la plus grande fermeté le projet de la direction des développements informatiques d’Air France, projet de changement du modèle de sous-traitance des DEV pour permettre la délocalisation en Inde de centaines d’emplois Français et ce malgré les engagements pris et affirmés en session de CE.

  • Ce scénario de rupture intervient alors que la compagnie va publier un bénéfice exceptionnel et que les Benchmarks montrent le très bon rapport qualité prix de notre modèle d’informatique.
  • Ce projet va gravement nuire à l’efficacité de notre IT et à la satisfaction des directions métier, très fortement pendant les années de mise en œuvre mais aussi à long terme.
  • Ce projet impactera également les informaticiens de la DGSI   dans leurs activités quotidiennes en dégradant nécessairement leur QVT.
  • Ce projet détruira des centaines d’emplois de nos collègues développeurs des entreprises fournisseurs de la DGSI   dans le contexte de chômage massif en France.

Les élus et RS du CE SI demandent le retrait du projet.

Une démarche intersyndicale est initiée, nous reviendrons rapidement vers vous avec des propositions d’actions.

 Rendra-t-il la médaille ?

Et dire qu’il y a à peine trois ans, JC Lalanne était élevé au rang de Chevalier dans l’ordre national du Mérite ! En délocalisant de nombreux emplois, en privant l’état et les caisses de solidarité (sécu, retraite) de ressources nécessaires, mérite-t-il toujours cette distinction ?

 Flight Plan 2018

Présentation par JC Lalanne, des cinq domaines du Plan de Vol 2018. Pas de retour sur le réalisé 2017 alors que seuls 21 objectifs sur 34 ont été atteints, soit 62% (dont seulement 3 sur 5 dans le domaine essentiel de la Qualité de Service !). Pour 2018, on a surtout retenu la réduction du coût de 1,5%, des économies Perform2020 de 11,2M€ (pas de détail malgré nos demandes), à une demande de comparaison des coûts unitaires DS et d’indicateurs en général pour piloter la performance ... économique, bien sûr !

 RFA pour ISR

Pas grande avancée depuis la commission du 11 janvier. Les roadshows de la direction ont laissé bien des agents dans la perplexité (réponses peu claires, même en français). Une réunion de travail avec le DRH sur les prérogatives responsable hiérarchique/fonctionnel, nous a plongé encore un peu plus dans la confusion. Actuellement la direction propose un modèle matriciel sans être capable d’en définir les règles managériales. Donc beaucoup de points à éclaircir encore et un risque toujours bien réel sur l’organisation matricielle au niveau des équipes : les équipes mixtes où la langue de travail sera de facto, l’anglais, va poser problème à de nombreux salariés. Dans ce cadre, l’harmonisation des procédures de travail va être longue et difficile. Les N-4 vont être débordés de boulot administratif, de déplacements, de responsabilités d’organisation, et leurs équipes pâtiront de leur manque de disponibilité. En termes de QVT, on prépare une organisation qui va faire peser un vrai risque sur la santé de nombreux salariés.

 Infos compagnie : quand ça va bien, ça va pas si bien

Activité 2017 en hausse même si elle est immédiatement relativisée par la direction : réduction du coût unitaire pas à la cible ... et aucun NPS atteint (AF, KLM, Hop, Transavia) ! Idem pour le nombre de clients sans irrégularité et pour les indices Perfops. Contre-performance donc pour notre patron. Cela va nous coûter la moitié de notre prime d’intéressement, on verra ce qu’il en sera de son augmentation. Les résultats financiers 2017 qui seront annoncés le 16 février seront les meilleurs depuis 10 ans. Mais toujours et encore insuffisants l’objectif 2018 de la direction reste l’austérité et la baisse des coûts.

 Infos DGSI  

Ponctualité 2017 : objectif non atteint, ce qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps. L’audit diligenté conclut qu’il faut soutenir les efforts des équipes en termes de réactivité, diagnostic et résolution. C’est bien le moins.

 Information sur la réorganisation des lignes de produit RH/Paie et Revenu Commercial

Ces réorganisations sont la mise en œuvre de la stratégie de sourcing, on va commencer à en constater les dégâts pour les personnels et le risque (dépendance vis à vis du presta, perte de connaissance technique et fonctionnelle ...) qu’on fait peser sur des applications parfois stratégiques. La prestation pourra être hors site

Malgré l’expérience ratée de l’activité Tests à Bordeaux et la progression laborieuse du contrat pour le BI à Bordeaux aussi.

Pour les salariés concernés, nous avons obtenu qu’il soit écrit qu’en cas de difficultés, ils puissent rester sur leur poste.

 Information sur la réorganisation de l’agence TASC

Là aussi, application en grandeur réelle de la stratégie de sourcing avec un projet d’organisation en Front Office gréé par des internes au contact des métiers et agences, et un Back Office qui fera le développement. Pour la Ldp « IT4IT et Collaboration », on va perdre toute la réactivité qui faisait l’efficacité de cette équipe de développements rapides. Avec de grands risques là aussi, de pertes de compétences, de dépendance, ... Quant aux internes à qui on demande toujours plus, et maintenant de piloter des activités extérieures, il va falloir commencer à discuter sérieusement de revalorisation des postes.

Pour ces trois projets, commission écopro en mars : faites nous remonter vos questions/avis/remarques.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Informatique Air France
Mots-clés

Sur le Web

Il n’y a pas de site à cette adresse

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0